Suisse sur Twitter : le canton des Grisons fait “vérifier” ses comptes !

TwitterVerified

À droite du nom des utilisateurs de Twitter, un petit sigle bleu clair témoigne de leur “vérification”, un privilège accordé à un groupe de happy few qui se distinguent par la haute qualité des informations qu’ils distillent ou pour assurer l’authenticité du compte1. Politiciens de premier plan, stars internationales, sportifs d’élite et journalistes vedettes bénéficient généralement de cette reconnaissance.

Grisons sur Twitter

Un compte “vérifié” avec moins de 100 followers

Au détour d’un hyperlien, quelle n’est pas ma surprise de croiser un compte Twitter “vérifié” comptant moins de 100 followers ! Toujours curieux des stratégies et comportements de l’humain face à l’internet, cette rencontre m’interpelle d’autant plus qu’il s’agit d’un utilisateur suisse, pays pour le moment très délaissé par le service de vérification du réseau social au petit oiseau bleu2.

Renouveler la stratégie cantonale

Comme il s’agit d’un officiel du canton des Grisons, une rapide recherche montre que d’autres utilisateurs répondent au même type de profil. C’est donc sur le site de l’administration cantonale qu’il faut chercher notre réponse, pour trouver le communiqué suivant : “Kanton Graubünden testet Social Media” !

Expliquant la démarche cantonale, visant à renouveler sa communication vis-à-vis de la population, le communiqué ne parle pas de la vérification des comptes. On notera également que le compte du Kanzleidirektor, émetteur de ce communiqué, n’est lui-même pas vérifié3.

Il apparaît toutefois de manière évidente que cette vérification n’est pas le fruit d’un processus naturel de Twitter : les membres de gouvernements et les chefs de services d’autres cantons nettement plus actifs et suivis ne sont à ce jour pas “vérifiés”.

À quoi ça sert

Espérons que le canton des Grisons (et les conseillers d’Etat et grands administrateurs concernés) saura ne pas se reposer sur cette apparence d’authenticité ! Cette dernière ne change en effet rien au contenu de sa communication. D’ailleurs, elle ne change non plus rien à sa forme, puisque les personnes concernées n’ont pas besoin de cette “vérification” pour entrer en dialogue avec la population, l’exemple fédéral le montre très bien. Ce qui change dans la forme et le fond, c’est bien de se mettre à tweeter !

On peut d’ailleurs questionner le bien-fondé de faire vérifier le compte du service des médias alors qu’il manque un compte Twitter “cantonal” officiel et global à la panoplie grisonne. Est-ce par peur de voir affluer les requêtes administratives ? Dans la foulée, n’aurait-il pas fallu également authentifier le compte Graubunden avec lequel le compte MediendienstGR semble entrer en concurrence ?

Quoi qu’il en soit, saluons l’effort de l’administration cantonale grisonne et souhaitons-lui une très bonne Versuchsphase !

Mise à jour : réponse de Claudio Riesen

Dans un tweet (eh oui, Twitter ça rapproche !), Claudio Riesen répond partiellement à notre interrogation sur le processus.

Antwort

  1. Voir la page consacrée aux comptes vérifiés.
  2. Alain Berset, seul ministre suisse sur Twitter n’est lui-même pas “vérifié”
  3. Une page du site cantonal fait la liste des comptes concernés